Accueil

 
  Bienvenue sur le site de la Fraternité Saint-Pierre dans le diocèse de Besançon !

   

 
 

 En attendant la mise à jour du site,

vous pouvez recevoir les informations actualisées

en contactant l'administrateur : fsspbesancon.lemail@gmail.com

 


  
  
 
Octobre 2016
 

Le cahier vert est presque vide

 

 Non, ce n'est pas une contrepètrie, ce n'est pas non plus un code secret qui activerait je ne sais quel agent dormant à la lecture de ces lignes, c'est un appel !

Par "cahier vert" nous désignons, à la Maison Sainte-Odile, le cahier des intentions de Messes. Et il est, comme l'indique le titre qui aura, je l'espère, interpellé votre curiosité, presque vide.

Cela signifie que nous manquons d'intentions de Messes, ce qui n'est, pour un communauté paroissiale, pas très bon signe...Pas très bon signe, parce qu'"il n'y a rien de si grand que l'Eucharistie !", comme nous avons eu l'occasion de le méditer, lors de notre pélerinage de rentrée à Faverney. Il n'y a pas de prière plus belle, âs d'acte plus haut dans la vertu de religion, pas d'offrande plus utile, pas de dévotion plus agréable à Dieu que le renouvellement mystérieux du sacrifice de NOtre Seigneur Jésus-Christ. Si la valeur d'une messe nous échappe, si notre entendement humain ne peut saisir pleinement cette majesté, nous devons cependant avec une grande confiance, être persuadé qu'une Messe célébrée à une intention particulière, applique une part des mérites de la Rédemption, à cette même intention.

des générations de chrétiens vivaient de cette conviction, enracinée dans leur Foi, qu'ils ne pouvaient adresser à Dieu, par l'intermédiaire d'une Messe, de demande plus belle pour un défunt,pourune guérison, ou pour toute autre nécessité. Nous constatons aujourd'hui, que cette merveilleuse habitude, prise au long des années, à tendance à baisser.

Nou pourrions très bien, à défaut, demander au diocèse ou à un monastère ami, de nous faire parvenir des intentions qu'ils auraient en trop; mais en tant que pasteur, il est bon que le prêtre puisse porter lui-même, à la Messe, les intentions de ses paroissiens dont il se sent proche, dont il partage parfois de très près, les joies, comme  les peines.

Faire célébrer une messe, comme nous le disions, c'est poser un acte de Foi en la puissance de l'offrande du Christ à son Père dans l'Eucharistie. C'est reconnaitre que nous pouvons tout demander au Seigneur et qu'Il peut tout nous obtenir par les mérites de sa passion, sa Mort et sa Résurrection. Mais c'est aussi une aide pour subvenir aux besoins de vos prêtres.

La Messe n'a certes pas de prix, il ne saurait être question d'en faire un commerce. Aussi, l'offrande conseillée de 17E pour une messe (170 E pour une neuvaine, et 595 E pour un trentain), ne ocnstitue en rien un tarif, mais plutôt une propôsition d'offrande que chaque chrétien peut, éventuellement adapter à sa propre situation. Sachez qu'aucune demande ne se verra refusée, sous pretexte d'un manque de ressources.

Le message étant passé, et pour conclure, je laisse à votre méditation ces paroles de Mgr Chevrot, extrait de son excellent ouvrage "Notre Messe": quand le prêtre célèbre la Messe, il édifie l'Eglise, il la bâtit, il l'élève, il l'amplifie. Chrétiens, retournons plein de joie à l'oeuvre de la reconstruction du monde, dans toutes les nations jusqu'à la fin des siècles; c'est par notre Messe, comprise, aimée et vécue, que nous hâterons la victoire de Jésus-Christ".

Abbé Bertrand Lacroix